Notre cimetière : du sens pour le dernier repos

1 août 2021 | Par Coopérative funéraire de l’Estrie | Partenaires d'affaires, vol. 19, no 4

Il n’est pas vraiment possible de faire une balade en région sans croiser, peu importe l’importance du hameau, un cimetière, si petit soit-il. Espace de dernier repos, le cimetière a aussi inspiré les plus tenaces légendes urbaines et les plus effrayants films d’horreur. Comme quoi la mort continue de fasciner… de la grande fiction! 

La Coopérative funéraire de l’Estrie a fait l’acquisition, à la fin des années 90, du cimetière Les Jardins du Souvenir de la rue du 24-Juin, à Sherbrooke. Depuis, l’évolution du cimetière répond à une façon de penser bien précise.  

Un espace intégré au tissu social 

Notre cimetière est non confessionnel ou multiconfessionnel. Il est non confessionnel parce qu’il n’est pas chapeauté par une pensée religieuse; multiconfessionnel au sens où toutes les croyances s’y retrouvent sans barrières ni territoires.  

En fait, l’image qui reflète le mieux notre pensée est celle de la société dans laquelle on évolue. Une balade dans les rues de Sherbrooke révèle le visage de ses habitants. Les communautés culturelles partagent les rues, les quartiers, les lieux communs. Pourquoi n’en serait-il pas de même au moment du décès? 

Des jardins et des souvenirs  

Notre cimetière dévoile un groupe de jardins thématiques qui viennent offrir un environnement susceptible de s’adapter à la personnalité du défunt. Le Jardin Naturel offre un lieu de sépulture à même une forêt urbaine dont le sol est jonché de fougères luxuriantes. Tout près, le Jardin des Générations permet la plantation d’arbustes au moment de la mise en terre de l’urne. Quant au Jardin de l’Amitié, il prend des allures plus traditionnelles avec ses pierres tombales diversifiées et, souvent, personnalisées. Puis, le Jardin de la Paix est caractérisé par des plaques d’identification déposées directement au sol, soulignant au passage que tout le monde est égal dans la mort. Il y a aussi le Jardin de l’Espoir qui offre une option de sépulture collective motivée par la volonté de ne laisser personne derrière, quelle qu’ait été sa vie. Finalement, le mausolée regroupe des unités de columbariums offrant un espace lumineux et propice au recueillement. 

Les souvenirs qui tracent la voie           

Savoir d’où on vient pour savoir où on va, dit l’adage. Le fait de savoir qu’un être cher disparu repose à un endroit précis est rassurant. Il offre un espace propice à se rappeler l’influence qu’a eue cette personne dans nos vies. De quoi changer nos comportements, nos décisions… nos repères, en fait. 

Le Jardin de l’Espoir du cimetière de la Coopérative funéraire de l’Estrie de la rue du 24-Juin à Sherbrooke
Le Jardin de l’Espoir du cimetière de la Coopérative funéraire de l’Estrie de la rue du 24-Juin à Sherbrooke
Partagez