Catégories :
Camelots

Bribes de vie de camelot

1 décembre 2019 | Par Sylvain Jodry | Camelots

Je m’appelle Sylvain Jodry et je suis camelot pour le Journal de rue. Je travaille pour cet organisme depuis plusieurs années et j’aime beaucoup ce travail. Ce travail m’a permis de me découvrir, de m’apercevoir que j’ai des qualités que je ne pensais pas avoir.  

Sylvain Jodry

J'ai travaillé quinze ans pour l'usine d'eau de source Labrador, sur le chariot élévateur. J'ai aussi travaillé vingt-deux ans comme contremaître dans un verger de pommes et j'ai eu un accident de travail. Depuis ce temps, j'ai mal dans le bas du dos. Je ne peux pas travailler fort physiquement, c'est pour cette raison que j'aime mon travail de camelot. Le Journal me permet de changer de milieu social. 

Représentant 

Le Journal de rue a été invité à faire une présentation dans les classes de première année en technique de travail social du Cégep de Sherbrooke et on m’a demandé d’y faire un témoignage. J’y suis allé avec Grégoire-Étienne, le responsable des camelots. J’ai parlé aux étudiantes et étudiants de mon travail comme vendeur camelot. Greg lui aussi a donné de l’information à propos du Journal de rue.

Entrevue télé
Cet été, j’ai fait une entrevue avec une équipe de production pour la réalisation d’un vidéo avec Nancy, ma patronne au Journal de rue. Cette émission (Mon Centro) va passer à la télévision pour une durée de cinq ans, au poste Télé Fibe de Bell, au canal 4. 

Recrutement de camelot 

Je veux vous parler de mon ami Yvan Gosselin. Quand Yvan ne vendait pas de journaux, il était plus renfermé sur lui-même, et moi je l’ai aidé à vaincre ses peurs. Maintenant, Yvan se débrouille bien en vendant son Journal et il aime son travail de camelot. 

Ma famille 

Je suis grand-père de trois belles petites filles, je m'occupe de ma famille et suis fier d’elle, car moi j'ai vécu une enfance difficile. Je tourne la page de mon passé et je vis au présent maintenant.  

J’ai parlé à mon fils Dominique de mon travail de camelot, il est fier de moi. Il m’encourage à continuer mon travail avec tous les efforts que je fais. J’ai travaillé dur pour écrire une chanson/poème pour lui. J’ai besoin de parler de mon gars, car il est atteint de la maladie de la sclérose en plaques atypique et ça me touche. Je sais qu’il ne lui reste pas long, car il est très avancé : il est en phase 4. Ça été difficile d’écrire ça parce que c’est souffrant pour moi.

Partagez
[TheChamp-Sharing]