Pétition pour briser l’isolement

1 avril 2021 | Par Denis Robichaud | Page d'or, vol. 19, no 2

Qui d’entre nous, pendant cette pandémie, ne connaît pas un parent, un proche ou un ami aux prises avec les effets négatifs de l’isolement sur la santé mentale et physique ? Combien se sentent impuissants à intervenir pour aider des personnes âgées enfermées dans leur CHSLD et RPA ? 

C’est la raison pour laquelle une pétition a été déposée sur le site de l’Assemblée Nationale demandant au gouvernement du Québec de mettre en place, au plus vite, des mesures pour combattre l’isolement vécu par la population âgée dans les milieux de vie collectifs, en collaboration avec la Direction générale de la santé publique du Québec, afin de permettre aux résidents de ces milieux de retrouver leur santé physique et mentale dans un environnement qui brise l’isolement de manière sécuritaire (pétition No8919). 

Les instigateurs invitent tous ceux et celles qui veulent donner une voix aux personnes âgées incapables d’appeler à l’aide pour briser l’isolement dans laquelle ils, elles se trouvent, à prendre quelques minutes de leur temps pour la signer et la partager dans leurs réseaux sociaux. 

Preuves scientifiques 

Il est prouvé que le stress chronique causé par l’isolement attaque le système immunitaire et le cerveau, menant rapidement à une perte des capacités de raisonnement et de mémoire et augmentant le risque de morbidité et de mortalité. 

En effet, chaque fois qu’un coronavirus est tué, la santé d’un patient risque de s’améliorer. Mais lorsqu’un neurone est tué par l’isolement, les séquelles sur la santé mentale et physique sont irréversibles et permanentes. Pour le cerveau, l’isolement mène rapidement à une perte des capacités de raisonnement et de mémoire et après 65 ans, les neurones s’usent et meurent beaucoup plus rapidement si on ne les utilise pas. 

Le Québec doit tirer des leçons des effets de l’isolement depuis le début de la pandémie et prendre conscience que les Québécois et les Québécoises, laissés à l’extérieur des milieux de vie de leurs parents, ne souhaitent plus jamais vivre une telle tragédie et que l’isolement tue plus lentement, mais de manière tout aussi efficace que le coronavirus. Malheureusement, ces morts ne sont pas comptabilisés et ne feront pas partie d’une commémoration. 

Partagez