La bispiritualité

1 décembre 2022 | Par Journal de rue de l'Estrie | Communautaire, LGBTQ+, vol. 20, no 6

Depuis l’enfance, je me suis toujours sentie comme une fille un peu masculine. Je refusais tout stéréotype de genre et rien ne me fâchait plus que lorsqu'on me demandait d'avoir « un peu de tenue », car j'étais une fille. Étant une personne assez vulnérable psychologiquement, on m'a mangé la laine sur le dos assez souvent.

Malgré tout, ma confiance en moi a tout de même fini par se forger un minimum. Je pensais être une jeune adolescente forte et épanouie quand j'ai rencontré mon premier prince charmant. Pas mon premier copain, mais bien mon premier prince charmant, qui est devenu violent. Il m'a tellement fait de mal, en majeure partie sexuellement, que lorsque la relation s'est terminée, tout ce qui avait trait à la féminité me dégoûtait, me faisait souffrir. En regardant les filles marcher dans la rue, je me demandais comment elles faisaient pour être bien dans leur peau en s’habillant ainsi.

J'ai même fini par penser que j'étais un homme, j'ai envisagé faire une transition. Depuis cet incident, chaque fois que je voyais un homme manquer de respect à une femme, je sortais les poings. J'étais remplie de violence, de haine pour les hommes et de dégoût pour ma féminité. J'ai finalement réalisé que je ne voulais pas faire une transition de la manière conventionnelle.

bispiritualité
À certains moments dans ma vie, je me sens comme un homme alors que d'autres, comme une femme.
Source : iStock

C'est au cours de ces dernières années que j'ai découvert la bisexualité que je refoulais. En compagnie des femmes, mon côté masculin ressort davantage alors que c’est l’inverse avec les hommes. Mais dans tous les cas, je jongle entre les deux polarités. Je me demande si c'est naturellement moi qui suis comme ça. J'ai l'impression que mon âme a été coupée en deux et que le couteau est encore planté là.

Cette souffrance m'a tout de même fait découvrir une grande force insoupçonnée à l'intérieur de moi. Maintenant, je suis tout de même bisexuelle et bispirituelle. J'espère avoir le courage de l'exposer au grand jour à ma famille, mais je ne sais pas si ça arrivera. En attendant, je me dirige vers un avenir plus lumineux.

Par Cassandra, pour Divers-Gens

Mention : Divers-Gens n’est pas responsable des propos. Nous donnons la parole à la population et ce, sans vérifier les identités des personnes. Tout le monde est libre d’utiliser l’étiquette qui lui convient.

Partagez